Il devient chaque jour plus évident que les structures politiques et économiques axées sur la compétition et la domination des forces du marché ne répondent plus aux besoins des populations. Les dirigeants politiques et les élites économiques tentent de maintenir un statu quo qui leur convient, affichant un incroyable déni des réalités auxquelles sont confrontés les hommes. Ils s’accrochent à des visions et des « solutions » qui ne trouvent plus ancrage dans la réalité. Les faits démontrent l’inadéquation de leurs politiques mais ils persistent toutefois, ce qui engendre frustrations, rejets, désarroi et poussent parfois les masses dans les bras d’apparents « sauveurs ».

Les Maîtres de Sagesse, avec à leur tête Maitreya, le plus éminent d’entre eux, s’apprêtent à entrer publiquement dans nos vies. Frères ainés de l’humanité, ils constituent le 5è règne de la nature, le règne spirituel. Leur émergence publique progressive va apporter des bouleversements sans précédent dans notre civilisation. Leur présence même, leur stature spirituelle, leur sagesse et leurs connaissances   auront des répercussions sans commune mesure dans tous les domaines de la vie, y compris celui des doctrines religieuses.

Leur but est avant tout de nous montrer l’unité fondamentale de l’humanité, de nous donner une expérience de notre nature spirituelle, et de nous enjoindre à transformer en profondeur l’ordre du monde afin de permettre à ces qualités spirituelles de s’épanouir.

Leur priorité principale est double : empêcher le désastre écologique dont nous refusons d’admettre tant l’ampleur que l’imminence ; mettre un terme au blasphème de la faim et de la grande pauvreté.

Seul un ordre économique fondé sur une répartition équitable, une gestion commune et avisée des ressources, permettra de créer la justice, si indispensable pour établir la confiance entre les nations, confiance qui mènera à la paix. Le partage est la clé de l’avenir.

C’est à nous qu’incombe la responsabilité de relever le défi et mettre en place les politiques adéquates. Les Maîtres, aussi parfaits soient-ils, ne le feront pas pour nous, nous disposons de la liberté totale de décider de notre avenir, pour le pire, ou le meilleur.

Luc Guillory